Apprentissage sur le terrain

Apprentissage sur le terrain.Le 26 juin dernier, Andrew et moi, on est officiellement devenus propriétaires d’un grand terrain, en pente, dans les belles montagnes de la Colombie-Britannique. Et depuis cette fameuse date, laissez-moi vous dire que j’en ai appris des choses! Voici donc une petite liste sans ordre précis de ce qui s’est ajouté à ma liste de connaissances dans les dernières semaines :

8.2 acres, c’est grand en titi!
Ouep, notre terrain mesure 8.2 acres et on n’en voit pas la fin! On doit traverser une petite forêt, passer par-dessus un petit ruisseau, monter une petite côte et là, on peut apercevoir le bout du terrain qui touche aux arbres dans le fond. On voulait un grand terrain pour pouvoir produire beaucoup de légumes, de fruits et de noix, mais on a peut-être exagéré un peu…

Un 2×4 mesure 1,5’’ x 3,5’’ et un 2×6 mesure 1,5’’ x 5,5’’…
Essayez de trouver la logique là-dedans. Moi, je n’ai pas encore trouvé! On m’a expliqué que la planche entrait dans le moulin à scie à 2’’ x 4’’ et ressortait tout bien taillée au bout de la ligne avec 0,25’’ en moins tout le tour, mais ça n’explique toujours pas pourquoi on continue d’appeler ça un 2×4.

De la fumée, ça voyage sur de très longues distances!
Il y a beaucoup de feux de forêt cet été au BC et on a la chance d’être dans une région qui n’a pas été touchée. Le feu le plus près de nous en ce moment est à 2h de route d’ici, mais Creston est constamment caché sous la fumée. C’est vraiment étonnant et pas très agréable.

Un pickup, c’est quand même très utile!
Je me confesse : on a acheté un pickup! Oui, moi, l’écolo qui essait d’avoir le moins d’impact possible sur la terre, j’ai acheté un gros pickup qui consume beaucoup de pétrole! Quand j’ai vu le terrain qu’on a acheté (en pente avec une «trail» comme entrée de cours), j’ai tout de suite su que ça nous prendrait quelque chose de robuste. On regardait les 4×4 disponibles… Andrew regardait les 4×4 de luxe, genre Audi, Mercedes, Volkswagen… et moi, je me disais « Issshhh, pas sûre le char de luxe pour transporter des matériaux de construction et pour descendre sur notre terrain raboteux avec des branches qui scratchent la peinture ». C’est à ce moment-là que l’idée du pickup a fait son chemin dans mon cerveau…  On a trouvé un bon deal sur un beau gros pickup rouge foncé 4×4 avec 4 portes. Ce dernier détail était très important pour moi. C’est ben beau avoir une boîte en arrière pour mettre plein de trucs, mais les sacs d’épicerie et les passagers, généralement, ça va à l’intérieur de la voiture. Donc nous voilà donc avec un gros pickup qui s’est avéré extrêmement utile dans les derniers mois. On peut se balader n’importe où et arrêter à toutes les ventes de garage pour ramasser des petits cossins ou des gros outils. On peut aussi se procurer toutes sortes de planches de bois sans avoir à planifier la livraison! On peut ramasser des affaires gratis sur le bord du chemin sans problème. Bref, on l’aime notre pickup!- Construire une structure qui se tient debout, ça demande de la réflexion. Oui, mine de rien, il faut penser à son affaire quand on construit quelque chose et mes neurones travaillent fort depuis quelques temps. Il y a tellement de détails à penser et de solutions à trouver quand on construit. J’aime beaucoup le défi mental que ça apporte!

C’est dans la nature des gens d’être généreux.
Depuis qu’on habite ici, à Creston, on vit dans l’abondance! C’est fou, les gens autour de nous n’arrêtent plus d’être généreux avec nous. On est arrivé ici avec presque rien et en quelques semaines seulement, on s’est fait donner tellement de trucs qu’on a dû réviser nos priorités et commencer à se bâtir un cabanon pour pouvoir mettre toutes ces nouvelles acquisitions! On en discutait justement la semaine passée, Andrew et moi. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi les gens sont aussi généreux avec nous. En y pensant bien, je suis venue à la conclusion qu’on est tous généreux dans le fond, on attend juste l’occasion d’être généreux. De nos jours, les gens s’isolent plus donc c’est plus difficile de montrer notre générosité. Ici, on est arrivé avec rien et on était ouvert à tout. On ne s’est pas gêné pour dire qu’on partait de zéro ici et qu’on avait besoin de ci ou de ça. On est reparti de ventes de garage avec les bras plein de trucs sans avoir à sortir notre portefeuille, on a reçu tellement de tomates et de zucchinis et de fèves vertes provenant des jardins de  nos nombreux voisins, on s’est fait offrir l’occasion d’habiter dans la maison de voisins pendant qu’ils étaient en vacances et un de nos super voisins, Bob, nous a donné tout plein d’outils provenant d’un de ses amis qui est décédé. Je pense qu’on est tous prêt à aider son prochain, c’est juste qu’on manque d’occasions pour être généreux. La prochaine fois que vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à demander à vos proches, à vos voisins, à vos amis. Je crois qu’on est une race très généreuse!

C’est difficile de construire avec des troncs d’arbres.
Cet été, on a construit deux structures : un cabanon et une bécosse. Pour ces deux projets, on a décidé d’utiliser des troncs d’arbres qui se trouvaient sur notre terrain, une belle ressource gratuite et naturelle. Par contre, mine de rien, un tronc d’arbre, c’est jamais vraiment droit… ce qui veut dire qu’il y a de forte chance que le reste de la construction ne soit pas vraiment droite. L’utilisation des troncs d’arbres s’est avérée plus complexe qu’on le souhaitait, mais on a quand même réussi à construire deux bâtiments qui se tiennent debout et qui remplissent leur fonctions : soit de garder nos outils hors des intempéries (le cabanon) et nous donner un endroit privé où faire nos besoins (la bécosse!). Mission accomplie!

Mon fruit préféré est assurément la cerise!
À Creston, les cerises poussent en quantité industrielle et cet été, j’ai mangé des cerises en quantité industrielle! Héhé! J’étais complètement incapable d’arrêter d’en manger lorsque j’avais un sac devant moi! Que c’est bon des cerises!

Sur ce petit résumé vite fait de mes dernières découvertes, je vous laisse ici. On quitte Creston dans exactement deux semaines et on a encore beaucoup de pain sur notre planche. Le recouvrement extérieur du cabanon et de la toilette, la préparation des jardins pour l’an prochain, la plantation de quelques arbres, la mise en place de marches pour accéder à une partie de notre terrain… La liste pourrait s’allonger, mais on essaie de se concentrer sur les priorités pour cette année. Le reste attendra à l’année prochaine, à notre retour au printemps!Signature MJG

Commentez, discutez, argumentez... l'espace çi-bas est pour vous!